Page d'accueil Objectifs - Index - Documents  - Revues Soeurs - Textes  - Liens - Dernière Heure 

12 septembre 2006 : 
Extraits d'une conférence à l'université de Ratisbonne

Foi et Raison selon Benoît XVI

Nous ne reproduisons ici que les extraits ci-dessous sur lesquels se greffent les protestations musulmanes. Pour trouver le texte complet en allemand, anglais ou italien : http://www.vatican.va/holy_father/benedict_xvi/travels/2006/index_germania_fr.htm
Noter ci-dessous l'interprétation qu'en donne le bureau de presse du Vatican. 
Voir http://www.oumma.com/spip.php?article2158 pour quelques réflexions sur les raisons de ces protestations.
Voir aussi le discours du Pape aux ambassadeurs des pays musulmans visant à dissiper les inquiétudes.

 

Ratisbonne, le mardi 12 septembre 2006

«... Tout cela me revint en mémoire récemment à la lecture de l'édition publiée par le professeur Theodore Khoury (Münster) d'une partie du dialogue que le docte empereur byzantin Manuel II Paléologue, peut-être au cours de ses quartiers d'hiver en 1391 à Ankara, entretint avec un Persan cultivé sur le christianisme et l'islam et sur la vérité de chacun d'eux. L'on présume que l'Empereur lui-même annota ce dialogue au cours du siège de Constantinople entre 1394 et 1402; ainsi s'explique le fait que ses raisonnements soient rapportés de manière beaucoup plus détaillées que ceux de son interlocuteur persan. Le dialogue porte sur toute l'étendue de la dimension des structures de la foi contenues dans la Bible et dans le Coran et s'arrête notamment sur l'image de Dieu et de l'homme, mais nécessairement aussi toujours à nouveau sur la relation entre — comme on le disait — les trois « Lois » ou trois « ordres de vie »: l'Ancien Testament — le Nouveau Testament — le Coran. Je n'entends pas parler à présent de cela dans cette leçon ; je voudrais seulement aborder un argument — assez marginal dans la structure de l'ensemble du dialogue — qui, dans le contexte du thème « foi et raison », m'a fasciné et servira de point de départ à mes réflexions sur ce thème.

Dans le septième entretien (dialexis — controverse) édité par le professeur Khoury, l'empereur aborde le thème du djihad, de la guerre sainte. Assurément l'empereur savait que dans la sourate 2, 256 on peut lire: « Nulle contrainte en religion ! ». C'est l'une des sourates de la période initiale, disent les spécialistes, lorsque Mahomet lui-même n'avait encore aucun pouvoir et était menacé. Mais naturellement l'empereur connaissait aussi les dispositions, développées par la suite et fixées dans le Coran, à propos de la guerre sainte. Sans s'arrêter sur les détails, tels que la différence de traitement entre ceux qui possèdent le « Livre » et les « incrédules », l'empereur, avec une rudesse assez surprenante qui nous étonne, s'adresse à son interlocuteur simplement avec la question centrale sur la relation entre religion et violence en général, en disant: « Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau, et tu y trouveras seulement des choses mauvaises et inhumaines, comme son mandat de diffuser par l'épée la foi qu'il prêchait ». L'empereur, après s'être prononcé de manière si peu amène, explique ensuite minutieusement les raisons pour lesquelles la diffusion de la foi à travers la violence est une chose déraisonnable. La violence est en opposition avec la nature de Dieu et la nature de l'âme. « Dieu n'apprécie pas le sang — dit-il —, ne pas agir selon la raison , “sun logô”, est contraire à la nature de Dieu. La foi est le fruit de l'âme, non du corps. Celui, par conséquent, qui veut conduire quelqu'un à la foi a besoin de la capacité de bien parler et de raisonner correctement, et non de la violence et de la menace... Pour convaincre une âme raisonnable, il n'est pas besoin de disposer ni de son bras, ni d'instrument pour frapper ni de quelque autre moyen que ce soit avec lequel on pourrait menacer une personne de mort...».

L'affirmation décisive dans cette argumentation contre la conversion au moyen de la violence est : ne pas agir selon la raison est contraire à la nature de Dieu. L’éditeur Théodore Khoury commente : pour l'empereur, un Byzantin qui a grandi dans la philosophie grecque, cette affirmation est évidente. Pour la doctrine musulmane, en revanche, Dieu est absolument transcendant. Sa volonté n'est liée à aucune de nos catégories, fût-ce celle du raisonnable. Dans ce contexte, Khoury cite une œuvre du célèbre islamologue français R. Arnaldez, qui explique que Ibn Hazn va jusqu'à déclarer que Dieu ne serait pas même lié par sa propre parole et que rien ne l'obligerait à nous révéler la vérité. Si cela était sa volonté, l'homme devrait même pratiquer l'idolâtrie.

Ici s'ouvre, dans la compréhension de Dieu et donc de la réalisation concrète de la religion, un dilemme qui aujourd'hui nous met au défi de manière très directe. La conviction qu'agir contre la raison serait en contradiction avec la nature de Dieu, est-elle seulement une manière de penser grecque ou vaut-elle toujours et en soi ? Je pense qu'ici se manifeste la profonde concordance entre ce qui est grec dans le meilleur sens du terme et ce qu'est la foi en Dieu sur le fondement de la Bible...»

Intervention du Père Lombardi, du Bureau de presse du Saint-Siège

Ratisbonne, 13 septembre 2006 (Apic) Il ne faut pas oublier les positions "non-violentes" existant dans l'islam, relève le Père Lombardi, directeur du Bureau de presse du Saint-Siège. S'adressant le 12 septembre aux vaticanistes pour commenter le discours prononcé mardi soir par le pape aux représentants du monde des sciences à Ratisbonne, il a souligné  "qu’au sein de l’islam, il y a beaucoup de positions différentes", dont des positions opposées à la violence.

Le Père Lombardi a relevé que la chose la plus importante de ce discours du pape était la réconciliation que Benoît XVI faisait entre foi et raison. La chose qui lui semble la plus importante dans ce discours sont ses conclusions, quand le pape dit que ce qui lui importe est “l’élargissement de l’utilisation de la raison“, en d’autres termes, “ne pas séparer la foi de la raison, parce que c’est risqué pour l’homme moderne“, a ainsi commenté le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège.

 

 Page d'accueil Objectifs - Index - Documents  - Revues Soeurs - Textes  - Liens - Dernière Heure